Logo Ville de Nangis

Portrait d’une retraitée de l’Éducation nationale devenue responsable du Secours populaire

Tout commence en septembre 2017, lorsque Pascale Desplats, alors retraitée de l’Éducation nationale depuis deux ans, décide d’intégrer le Secours populaire « pour y développer l’axe culturel ». C’est en mars 2018 que cette ex-professeur des écoles, avec l’aide de bénévoles, prend l’initiative de rouvrir l’antenne de Nangis. Ce qui n’était alors qu’une simple volonté de transmettre est devenue très vite un projet dont elle est aujourd’hui la responsable.

Née en 1945, le Secours populaire est une association à but non lucratif, reconnue d’utilité publique et déclarée grande cause nationale. Celle-ci est habilitée à recevoir des dons, des legs et des donations. Sa mission principale est d’agir contre la pauvreté et l’exclusion en France et dans le monde et de promouvoir la solidarité et ses valeurs. Pascale tient à rappeler cependant que l’association a une vocation alimentaire mais aussi éducative. « Nous ne sommes pas dans une perspective d’assistanat mais dans un accompagnement des personnes pour les aider à sortir la tête de l’eau ».

À Nangis, le développement de l’antenne s’effectue étape par étape. Après avoir assuré les aides d’urgence alimentaires et vestimentaires, Pascale et son équipe voient plus grand et tentent de construire des axes importants pour faire de leurs bénéficiaires des citoyens responsables et autonomes. « Nous développons plusieurs projets en liens avec la culture, l’informatique ou l’aide administrative. Aussi, de notre temps il existe une grande fracture sociétale qui est accentuée par l’accès aux outils numériques. Certaines familles que nous accueillons sont illettrées ou tellement défavorisées qu’elles ne disposent pas d’outil numérique à la maison. Elles perdent ainsi de leur autonomie. En collaboration avec le service municipal de la jeunesse, nous mettons en place des stages informatique pour justement les aider à accéder à l’information et qu’ils deviennent le plus autonomes possible ».

Le Secours populaire n’hésite pas à taper aux portes, collaborer avec les associations et les différentes instances de la ville. Travailler ensemble est essentiel aux yeux de Pascale. « Nous essayons de construire un réseau de partenaires par le biais des associations mais aussi les services de la municipalité. Ainsi, le service culturel nous offre souvent des places de spectacle ou de cinéma pour que nous puissions les offrir à nos bénéficiaires ».

Aujourd’hui notre ex-institutrice mesure le chemin parcouru en si peu de temps. « Nous sommes passés de 12 familles inscrites à la réouverture à 100 familles aujourd’hui. Ce qui représente environ 300 personnes, le tout en quelques mois de temps. Nous recevons et distribuons entre 300 et 500 kg de vêtement par trimestre. Quant à la nourriture, cela peut aller jusqu’à 1,8 tonnes par mois ! Nous vivons une véritable explosion et cela nous demande de grandes capacités d’adaptation afin de répondre aux besoins des familles ». Pascale peut compter sur une équipe de 25 bénévoles qui accueillent, récoltent, distribuent et multiplient les missions qui permettent aujourd’hui au Secours populaire de revivre. « À nos débuts, nous étions une petite équipe de 5/6 personnes. Le Secours populaire ne serait rien sans eux. Je souhaite remercier ces personnes qui donnent de leur temps chaque jour pour faire évoluer l’antenne de Nangis ».

X