Logo Ville de Nangis

Centre Aquatique : «[…] fiers d’afficher des résultats rentrant dans la norme nationale »

La gestion de la qualité de l’eau ainsi que la sécurité sont des enjeux très importants pour les gestionnaires de piscines municipales mais également pour toute personne fréquentant ou travaillant dans les centres aquatiques. Le traitement de l’eau des piscines publiques est ainsi encadré au niveau national par le code de la santé publique. Recyclage de l’eau, traitement au chlore, taux de chloramines, de nombreuses recommandations sanitaires sont à suivre pour garantir une qualité de l’eau optimale aux usagers. Ouvert depuis mars 2009, le centre aquatique de Nangis, composé d’un espace forme, est géré par 8 personnes : Jean-Marc Pierre, directeur du centre, revient sur la notion de gestion de l’eau.

La qualité de l’eau de vos bassins doit être certainement significative d’un travail quotidien, n’est-ce pas ?

Jean-Marc Pierre : c’est un travail de tous les jours, de tous les instants. Pour notre cas, comme pour celui de nos collègues de la France entière, nous sommes très vigilants quant à la qualité de l’eau de nos bassins. Cette mission est au cœur de notre attention et de notre métier.  Aujourd’hui, nous sommes fiers d’afficher des résultats rentrant dans la norme nationale.

Comment se passe le contrôle de l’eau des bassins durant l’année ? 

JMP : sur chaque bassin, nous effectuons avec mon équipe, un contrôle en continu automatique, seconde après seconde, 24/24h. L’eau des bassins n’est donc pas « une eau qui dort ». Il s’agit d’un circuit fermé qui permet alors une filtration, un contrôle et un traitement correctif en permanence ! L’eau doit être constamment « désinfectée » mais aussi « désinfectante », douce et agréable pour la peau. Enfin, pour vérifier que le traitement automatique fonctionne bien, nous rajoutons des contrôles manuels. Tout ceci est obligatoire et contrôlé par l’Agence Régionale de Santé.

Comment sont effectués ces contrôles manuels ?

JMP : les contrôles manuels sont effectués en 3 étapes. D’abord, le responsable de l’établissement ne peut ouvrir sans avoir, au préalable, contrôlé la qualité de l’eau de tous les bassins du centre. Ces analyses sont effectuées le matin vers 6h00 par la personne chargée du nettoyage des plages et bassins pour alerter un technicien d’un quelconque problème. Le chef de poste peut alors donner le feu vert pour l’ouverture de l’établissement. Ensuite, un contrôle a lieu durant les temps d’ouverture des bassins permettant de vérifier si l’installation de traitement d’eau fonctionne normalement et que les résultats sont conformes aux normes. Ces contrôles sont effectués le midi et en cours d’après-midi. Enfin, un dernier contrôle est effectué à la fermeture. Il nous permet de fermer  tranquillement l’établissement et d’éviter de découvrir une anomalie le lendemain matin, qui imposerait sa fermeture.

Vous parliez des contrôles de l’Agence Régionale de Santé, pouvez-vous nous en dire plus ?

JMP : il s’agit de contrôles à l’improviste, d’un laboratoire agréé, diligenté par l’Agence Régionale de Santé. Ces derniers interviennent au minimum mensuellement, et plus si l’établissement est reconnu « à problèmes ». De là, les analyses sont obligatoirement affichées dans le centre. Si une analyse démontre une mauvaise qualité de l’eau, l’établissement est immédiatement fermé, puis recontrôlé. Ce qui n’est jamais arrivé à Nangis.

Bon à savoir :

Concernant le traitement de l’eau au chlore (non stabilisé), ce dernier  doit être compris entre 0,4 et 1,4 mg par litre d’eau (cf. www.guide-piscine.fr). A titre d’exemple, pour le grand bassin du centre aquatique de Nangis, il est affiché à 0.68 mg par litre d’eau.